Horloge mural Royal Windsor

J’ai commandé le plan pour une horloge murale Royal Windsor ainsi qu’un mécanisme mécanique chez Arek Murray Clock en Ontario. J’ai sélectionné le bois. Ce sera du cerisier. J’ai refait également le plan dans sketchup.

La voici dans le plan sketchup!

J’ai commencé par débiter les morceaux qui serviront à faire les deux portes du devant, ainsi que les 4 cadres de chaque côté.

Ensuite, je fais les mortaises avec ma mortaiseuse et je fais les tenons grossièrement en passant le morceau à plat sur le banc de scie avec une lame dado.

Par la suite, je numérote chaque mortaise et tenon et je fais l’ajustement final avec ma scie dosuki, mon rabot d’épaulement Veritas et mon rabot Lie-Nielson no. 507. La numérotation des duo tenon-mortaise sert à s’assurer que lors de l’assemblage, je n’ai pas de mauvaise surprise. Chaque tenon est aminci et ajusté pour une mortaise en particulier.

Les étapes suivantes sont les mêmes que pour les cadres de mon autre horloge, la Salisbury.

Je dois créer une feuillure et une rainure à l’intérieur pour soutenir la vitre ainsi qu’une moulure à l’extérieur. Puisque le fer à toupie crée un profil circulaire dans les coins, je termine la moulure avec mes gouges.

Maintenant, je procède au moulurage du devant du cadre avec un quart de rond de 1/4po de rayon pour l’intérieur du cadrage.

Ensuite, je fait la feuillure à l’intérieur du cadre pour recevoir la vitre.

Finalement, je fait la rainure qui recevra la moulure de plastique qui retient la vitre.

Voici un peu en avance ce que ça donne avec la moulure de plastique et un échantillon de vitre de 4mm.

Maintenant, on sort l’attirail de sculpture soit la table de sculpture ainsi que mes gouges et méplats.

Il faut maintenant équarrir la moulure en quart de rond sur les quatre coins, et lui donner un aspect de joint à 45 degrés.

Avant :

Après :

Il faut faire de même pour la feuillure qui reçoit la vitre.

Quand j’ai fait mes coins au ciseau à bois et gouges à sculpter, disons que le premier coin n’était pas très évident. Je me demandais comment m’y prendre. J’ai passé près de 45 minutes à parfaire ma technique et me développer une façon de faire sur le premier coin.

Maintenant, je prends environ 10 minutes par coin. J’ai donc pensé vous faire un petit pas-à-pas pour vous montrer comment je m’y prends et vous sauver un peu de tracas si vous avez un jour à en faire.

La difficulté, c’est qu’il s’agit d’un joint tenon-mortaise, avec un montant et une traverse qui s’assemble à angle droit, mais il faut simuler une moulure comme s’il s’agissait d’un joint à onglet assemblé à 45 degrés.

Voici la liste de mes outils de gauche à droite :

  • Une gouge coudée (côté gauche)
  • Une gouge coudée (côté droit)
  • Un méplat de 5mm
  • Un méplat de 8mm
  • Ciseau à bois de 1po

On commence avec un joint rond. Notez que le roulement à bille du fer à toupie empêche le fer de faire son profil arrondi jusqu’au bout de la planche dans le coin vers le bas.

Avec un ciseau à bois conventionnel de 1po, je délimite le coin.

Avec un méplat, je nettoie le coin en haut de la moulure.

Ensuite, avec mon ciseau à bois, je délimite l’endroit où virtuellement, mon joint à onglet serait situé. Ceci me permet en même temps de faire détacher facilement les copeaux de bois lorsque je vais sculpter le profil de la moulure vers le coin.

Ensuite, je refait le profil de la moulure sur la traverse, et ce jusqu’au montant.

Après, je continue de refaire le profil de la moulure, mais sur le montant. Je débute avec un méplat et je termine avec ma gouge coudée (côté droit) pour aller jusque dans le coin de faux-joint à onglet.

Maintenant, il suffit de faire la même chose mais de l’autre côté, ce qui termine le coin de la moulure.

Voici ce que ca donne vu de haut.

Je doit avouer que mes deux gouges coudées sont très pratique pour aller jouer dans les coins et endroits difficilement accessible avec des méplats et autres gouges.

J’ai repris le travail de mon horloge depuis un mois. Il est temps de la terminer. Alors maintenant, les 4 côtés et les deux portes sont assemblées et le moulurage est terminé.

Il est temps de passer à la fabrication des 3 moulures. Les 3 moulures ont un aspect esthétique mais elles ont également un aspect fonctionnel. Elles servent ni plus ni moins que de structures pour assembler tous les côtés de l’horloge.

La moulure du centre est la plus facile à fabriquer puisqu’elle est façonnée avec un seul fer à toupie que j’ai acheté chez Lee Valley.

Les moulures du haut et du bas sont identiques et sont fabriquées avec 3 fers à toupies. Un premier fer en quart de rond, le deuxième est un fer arrondi et le troisième est une doucine.

Il ne me reste qu’à retirer un peu de rebut avec un rabot d’établi et la moulure est terminée.

Maintenant, j’assemble les 3 moulures avec un biscuit dans l’onglet pour ajouter un peu de solidité.

Les côtés sont assemblés aux moulures avec un joint de type rainure-languette. J’ai fait une languette de 1/4 * 1/4 à chaque bout des côtés et une rainure dans chacune des moulures. Notez que j’ai également fait une feuillure à l’arrière sur chacun des côtés pour recevoir les panneaux de fond.

La rainure dans la moulure est faite au banc de scie et je la termine au ciseau à bois par la suite pour retirer l’arrondie en fin de course.

Pour m’amuser un peu, je fais un assemblage à sec. Ça me donne une idée de l’aspect finale de la tête de l’horloge.

Je rajoute une traverse derrière chacune des trois moulures dans le but de complèter le cadre et d’ajouter de la solidité à l’ensemble. L’assemblage est fait avec des pocket-hole.

Un petit test d’assemblage à sec pour la section du corps avec la porte!

Maintenant, c’est le temps de tout coller les côtés et les moulures.

La moulure du bas est fermée dans son centre avec un petit plateau.

Pour la moulure du haut, j’ai fait une feuillure avec un fer à toupie et je vais fermer le tout avec un panneau de 1/4 en placage de cerisier. Le même panneau que pour le derrière de l’horloge. J’ai par la suite pris la peine de faire les coins avec un ciseaux à bois.

J’ajoute un support en bois pour le mécanisme de l’horloge.

Je rajoute par la suite un petit support en bois pour tenir le gong derrière l’horloge. C’est un simple bloc de cerisier dans lequel j’ai percé un trou pour passer la tige du support du gong. J’ai ajouter une ouverture carré afin d’avoir accès au boulon pour le serrer.

Les étapes de fabrication et d’assemblage sont terminées. Alors après de nombreuses couches d’huile danoise, un peu de gossage pour installer les vitres, les portes et le mécanisme, la voilà accrochée au mur!

Écrit par

Pas encore de commentaires

Écrire une réplique

Message