Fabrication d’un vernis à essuyer

Le vernis traditionnel que l’on peut se procurer dans la plupart des bonnes quincailleries est un bon produit de finition, facile à utiliser et qui donne des résultats constants, peu importe le niveau d’expertise de celui qui l’applique. Aussi, il procure une bonne protection au meuble ainsi protégé.

Cependant, on atteint rapidement les limites du produit lorsque vient le temps de l’appliquer sur des projets nécessitant une finition de qualité supérieure. Sa viscosité donne des couches épaisses qui ne s’étalent pas facilement par elles-mêmes laissant souvent des traces de pinceaux. Aussi, puisqu’on en applique plus épais, il est fréquent de voir des coulisses apparaître sur les surfaces verticales, résultat d’une couche trop épaisse et mal étalée.

Pour contrer tous les problèmes du vernis standard, plusieurs ébénistes ont maintenant recourt aux vernis à essuyer. Il s’agit ni plus ni moins que d’un vernis traditionnel dans lequel on a mis plus de diluant que normalement. Évidemment, l’application au pinceau ne donnerait pas de bon résultat alors il est conseillé de l’appliquer au tampon à essuyer.

Un article a d’ailleurs été publié dans la présente section afin de démontrer comment se fabriquer un tampon à essuyer à peu de frais et très efficace pour l’application. Fabrication d’un tampon pour vernis à essuyer

Les vernis à essuyer sont disponible dans la section des produits de finition mais on peut également s’en fabriquer nous même à partir de produits de finition que l’on possède probablement déjà dans notre armoire de finition dans notre atelier.

Pour ma part, je mélange 50% d’un vernis à l’huile traditionnel avec 50% d’huile d’abrasin.

80455008_L0776164_L

 

Le seul inconvéniant d’un vernis à essuyer est que chaque couche sera plus minces. Il faut compter entre 8 et 10 couches minces. Mais le résultat en vaut la peine, le projet semblera avoir été fini avec un fusil à finition. Et les retouche en cas d’égratignures sont très faciles à faire.

Il existe une autre variante de cette finition soit 1/3 de vernis à l’huile, 1/3 d’huile d’abrasin et 1/3 de térébenthine. Ce mélange se nomme Huile danoise. Personnellement, je trouve que la térébenthine sent vraiment trop fort pour un atelier de sous-sol. Il faut un endroit bien ventilé pour utiliser ce mélange donc je préfère la première recette décrite dans cet article.

Écrit par

Pas encore de commentaires

Écrire une réplique

Message